11/11/2011

Ick bin ein Berliner


Chaque mois, un morceau de Berlin avec le magazine culturel BERLIN POCHE !
 


On a testé pour vous
 
pfandgeben.de


Texte et interview | Elisabeth Perron


Peu courant en France, « das Pfand » (soit « la consigne ») demeure l’un des fondements traditionnels politico-sociaux de l’Allemagne où près de 98 % des bouteilles consignées sont rapportées dans les arrière-boutiques. Depuis 2003,Les pouvoirs publics ont mis en place une consigne de 25 centimes pour les bouteilles en verre à usage unique... Une incitation pour les consommateurs à acheter « vert et réutilisable ». Mais que faire quand votre cuisine est devenue un cimetière de bouteilles de bière ? Et bien rendez-vous sur pfandgeben.de !




Constatant le nombre de personnes dans les rues et stations de métro à l´affût de bouteilles vides, l’étudiant Jonas Kakoschke initie le projet en juillet 2011, rejoint par Richard Metzler. Les « Pfandsammler » (collecteurs de bouteilles), avertis par la médiatisation du phénomène, ont cherché à faire partie de la liste. « Actuellement, on en est à environ 150 collecteurs à Berlin, 400 dans toute l’Allemagne », souligne Richard. Pas de profil requis pour le collecteur, « ce sont des SDF, mais aussi des retraités précaires, des étudiants ou simplement des gens dont le salaire ne suffit pas ». Les initiateurs de Pfandgeben.de tiennent à ce que le projet demeure non lucratif : « Nous facilitons juste l’organisation et essayons d’avoir une empreinte sociale. » Le site en ligne met en relation les détenteurs paresseux de bouteilles vides avec les collecteurs valeureux. En indiquant le nombre de « cadavres » consignés dont on dispose (20 au minimum) ainsi que le quartier dans lequel on habite, on accède à une liste de coordonnées de collecteurs récupérant gratuitement les bouteilles en échange de leur consigne. Notre collecteur serait appelé environ trois fois par mois, d’autres ont affirmé être appelés au moins une fois par jour ! Néanmoins, les quelques centimes gagnés par bouteille ne remplacent pas la nécessité d´une réelle responsabilisation sociale… tel que le scandait le groupe punk rock KGB à l´aube des années 90 en référence à l’hymne d’ex-RDA:
« Deutschland einig Flaschenpfand » (L´Allemagne unie par la consigne) !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire