13/04/2012

Ick bin ein Berliner


 

Chaque mois, un morceau de Berlin avec le magazine culturel BERLIN POCHE !
  

Der Eierpickser & Co

Texte | Hélène Coineau

Une fois pour toutes, non ! Les Allemands ne sont pas psychorigides ou maniaques de la discipline. Ils ont le sens pratique, à un point qui aurait bien tendance à nous déconcerter, nous et notre tempérament latin un peu désordonné…






Journaliste (d’investigation !), je témoigne de mon expérience, moi qui partage ma vie avec un Germain, bien blond et bien organisé. La première fois que j’osais plonger un oeuf dans une casserole d’eau bouillante (à défaut de posséder un Eierkocher !), pour m’en faire un petit déjeuner digne de ce nom, je provoquai son incrédulité mêlée d’effroi : « Pourquoi n’as-tu pas au préalable percé l’oeuf ? » Quid ? demandais-je complètement désorientée. Un trou pour sauvegarder l’intégrité de la coquille, éviter les fuites dégoûtantes du blanc dans l’eau et le nettoyage délicat de la casserole qui s’ensuit.

Tout Allemand qui se respecte connaît cette règle culinaire élémentaire et pleine de bon sens. Et comme les Allemands ont un goût prononcé pour les objets du quotidien qui remplissent placards et tiroirs de la cuisine, ils ont bien sûr pensé à l’Eierpickser, Eierpikser ou encore Eierstecher (« pique-oeuf »), une petite invention dont la découverte change à jamais votre manière de vous faire cuire un oeuf. Alors oui, vous utilisiez jusqu'à présent un bon nombre de remèdes tels le gros sel ou le vinaigre...

Mais voilà ce petit boîtier en plastique (ou en inox dans ses variantes plus luxueuses) est un brin plus moderne : une aiguille montée sur ressort perce d’un petit trou la coquille. Dans l’eau bouillante, l’air contenu dans l’oeuf se dilate et s’échappe par l’orifice pour garder la coquille intacte ! Une fois votre oeuf cuit, affublez-le d’un Eierwärmer (sorte de « chauffe-oeuf »). Oubliez la cuillère qui ne ferait que détruire le fruit de tant d’efforts et optez pour l’efficace Eierschere (« ciseau à oeuf »).

Encore plus pro : le bien-nommé Eierschalen-Sollbruchstellen-Verursacher (officiellement traduit par le plus court « toqueur à oeuf »), qui permet, à l’aide d’un ingénieux système de boule, de faire glisser le long d’une tige jusqu’au sommet de votre oeuf, une superbe découpe bien droite, bien propre, et parfaitement… pratique !  

ÉMISSION KARAMBOLAGE sur le sujet :
www.arte.tv/fr/recherche/369336.html  

Article extrait du numéro actuel de BERLIN POCHE (Avril 2012 - #39)
Points de vente du magazine (1€) : http://www.berlinpoche.de
PDF en ligne pour 1€ : http://www.scopalto.com/magazine/berlin-poche

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire