08/11/2013

Il était une fois Leonard Bernstein et le Schauspielhaus




Chaque mois, un morceau de Berlin avec le magazine culturel BERLIN POCHE!


En cette froide soirée de novembre 1943, alors que l’Amérique est plongée dans le conflit mondial, un jeune novice de 25 ans remplace au pied levé son collègue Bruno Walter, le chef d’orchestre du prestigieux New York Philharmonic Orchestra. Sa virtuose interprétation de Robert Schumann, retransmise ce soir-là sur les ondes, le rend célèbre du jour au lendemain. Son nom : Leonard Bernstein (1918-1990).
Issu d’une famille juive ukrainienne, le jeune Leonard découvre à l’âge de dix ans la fascination musicale sur le piano qu’une tante vient d’entreposer chez ses parents. La muse ne le quittera plus. Après des études de musique, il fréquente les académies estivales qui lui offrent de nombreux contacts et lui ouvrent certaines portes. Mais c’est bien le hasard d’un remplacement qui fera de l’année 1943 celle de sa destinée. Après la guerre, il prend la direction musicale du New York Philharmonic Ochestra. Il s’adonne aussi au grand public avec des musicals, dont son plus célèbre reste incontestablement West Side Story (1957). Premier chef d’orchestre américain de rang mondial, Leonard Bernstein hisse son pays dans la ligue des nations musicales classiques. Fidèle à ses racines européennes, il dirige également comme Gastdirigent aux Wiener Philharmoniker et au Symphonieorchester du Bayerischer Rundfunk.La plus intéressante de ses stations européennes est sans doute celle du Schauspielhaus, l’actuel Konzerthaus, situé alors à Berlin-Est. La RDA invite Leonard Bernstein à diriger à une adresse de renom.



 Dès son premier concert en 1984, Bernstein s’avère séduit : « J’aime ce lieu, j’aime les gens qui y travaillent et j’aime ce public. Je reviendrai ! », déclare-t-il à son départ. Et il reviendra : six fois entre 1987 et 1989. Le 25 décembre 1989, Leonard Bernstein y dirige le Berlin Celebration Concert, dans une ville encore dans la fièvre de la Wende. Dans son interprétation de la 9e Symphonie de Beethoven, il rebaptise musicalement l’Ode an die Freude en Ode an die Freiheit. Bernstein ne vivra que de loin les premiers jours de la Réunification : il meurt le 14 octobre 1990 à New York.
Dans son hommage à Leonard Bernstein, le Konzerthaus organise du 8 au 16 novembre une série de concerts et de soirées. À ne pas manquer : des extraits enregistrés du concert du 25 décembre 1989, Ode an die Freiheit (le 9 à 18h, 5€) !

Auteur: Jean-Pascal Lejeune

Konzerthaus 
Hommage an Leonard Bernstein

Du 8 au 16 novembre * divers prix et horaires
Konzerthaus.de/bernstein-hommage


Article extrait du numéro actuel de BERLIN POCHE (Novembre 2013 - #56)
Points de vente du magazine (2€) : http://www.berlinpoche.de/services
PDF en ligne pour 2€ : http://www.scopalto.com/magazine/berlin-poche





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire