03/02/2014

Videobustour

http://www.berlinpoche.de/start/



Que serait La Dolce Vita sans la Fontaine de Trevi ou encore Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain sans Montmartre ? Sans lieux de tournage qui scellent l'identité d'un film, l'oeuvre perd de son cachet, de sa consistance... En ce mois de février marqué par la Berlinale, le Videobustour nous conduit sur ces lieux de tournage berlinois qui ont marqué le cinéma ! L'escapade cinématographique Filmstadt Berlin, das
Rollende Kino n'apprendra pas grand chose aux spécialistes de l'histoire du cinéma allemand, ni du cinéma en général, c'est plutôt une redécouverte de Berlin, à travers des extraits de films. Deux écrans (pour vous
remémorer la scène dont on parle !) et un guide, Hermann Grampp qui nous accompagne tout au long de la visite, où l'on se passe volontiers d'écouteurs ou de bandes pré-enregistrées comme dans les habituels tours
en bus !

Les décors naturels et anecdotes de tournage d'une vingtaine d'oeuvres sont passés au peigne fin mais attention, pas de Wim Wenders ni de Fritz Lang au programme, mais des films plus récents, plus « mainstream » : Das Leben der Anderen (F. H. von Donnersmarck), Goodbye Lenin (W. Becker), Lola rennt (T. Tykwer) et même un James Bond, Octopussy, dans lequel Roger Moore passe en toute insolence à l'Est, à Checkpoint Charlie. Touristes comme cinéphiles auront de quoi se rassasier : de la Markthalle dans Herr Lehmann (L. Haußmann) à l'actuel Hôtel de Rome, transformé en coulisses de la Stadtbank der DDR (Lola rennt) en passant par la Wedekindstraße, dans laquelle l'écrivain Georg Dreyman (Das Leben der Anderen) est mis sous écoute par la Stasi ! On réalise combien le cinéma, génial trompe-l'oeil, est à même de retoucher ces décors extérieurs, si bien qu'on tombe dans le panneau : dans Le Tour du monde en 80 jours, Berlin devient ainsi Paris lors d'une balade sur les bords de Seine avec en arrière plan... le Berliner Dom ?
Rien ne semble avoir échappé à notre guide, qui se réjouit de nous fournir un monceau de détails anecdotiques de ce genre !

Saviez-vous par exemple qu'au cours du tournage du film Un, deux, trois de Billy Wilder, l'acteur Horst Buchholz, qui devait traverser la porte de Brandebourg en moto, ne put tourner la scène. En 1961, en pleine guerre froide, le réalisateur dût construire une copie de la porte à... Munich ! À Berlin, où près de 300 nouvelles productions naissent chaque année, Hermann Grampp n'est plus le seul à proposer des visites de Berlin dédiées au cinéma. Ce qui singularisera en revanche ces deux heures de découverte, c'est certainement le souci du détail et ces charmants arrêts au coin d'une rue insoupçonnée, aux environs d'une place qui se révèle être tout autre...







RDV Unter den Linden 40
13h30 | 16,50-19,50€
Toutes les visites sur


Article de Gaelle Marquet extrait du numéro actuel de BERLIN POCHE ( Fevrier 2014 - #54)
Points de vente du magazine (2€) : http://www.berlinpoche.de


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire