11/04/2016

"C'est en se plongeant dans le quotidien d’un autre pays et en s'intéressant à sa culture qu'on en apprend le plus."





 Émilie est Française. Elle a 23 ans et a suivi une licence de l’UFA dans le but d’obtenir un triple diplôme en Génie civil et Management en Europe. Son cursus s’est déroulé entre l’Université de Lorraine (Metz), l'Université du Luxembourg et la htw saar (Sarrebruck). Elle nous raconte son expérience !






Quelle a été ta première impression en arrivant dans les universités partenaires ?

Pendant mes études, les deux universités planifiaient de déménager et étaient en phase de construction. Au niveau des locaux, nous étions donc dans les anciens bâtiments. Pour le Luxembourg, c'était la qualité du matériel que l'on avait à disposition dans les laboratoires de travaux pratiques qui fût impressionnant. Comme l'université effectuaient de nombreux travaux de recherches, nous disposions donc du matériel à la pointe de la technologie des chercheurs. A Sarrebruck c'était cette liberté de pouvoir choisir certains cours "à la carte" que j'ai trouvé intéressant. On était invité à participer au premier cours de présentation de chaque matière pour se décider. On pouvait donc découvrir et se former dans d'autres domaines que ceux vu en France et au Luxembourg. 

 

Qu'est-ce qui t'a motivé(e) à suivre un cursus de l´UFA ?

Ayant fait deux ans d'Abibac ainsi qu'une Terminale S option européenne Allemand, j'avais déjà un fort attachement à la langue allemande. Cela dit après mon bac, je voulais suivre des études d'architecture en France. N'ayant pas réussi mes écrits, c'est en parlant avec mon conseiller d'orientation du lycée ainsi que mes parents que j'ai découvert ce cursus franco-allemand trinational. Habitant l'eurorégion Saarl-Lor-Lux (Saarland-Lorraine-Luxembourg), être diplômée de l'UFA me donne également plus de chances de trouver un travail dans cette région une fois mes études terminées. 



 Luxembourg - Le Grund


Qu'est-ce qui t'a le plus plu dans chacune des villes ?

Comme ma famille habite une ville frontalière du Luxembourg, ce pays m'est familier. Le Luxembourg est connu pour la diversité de sa population. Son architecture, ses paysages divers et variés, sa gastronomie et ses nombreux endroits pour sortir avec ses amis sont ce qui fait son charme. A Sarrebruck, en tant qu'étudiante c'est le coût de la vie et des nombreuses commodités qui m'ont séduite. Aussi, il n'était pas nécessaire de prendre quotidiennement les transports en commun, que ça soit pour aller à l'université, faire les courses ou se balader le long de la rivière de la Sarre, nous nous déplacions le plus souvent à pied ou en vélo.

                                                                                                         
Qu'est-ce qui t'a, à l'inverse, le plus manqué pendant ton séjour à l'étranger ?

Comme j'habitais chez mes parents au Luxembourg, ce sont surtout mes amis des autres filières partis à Sarrebruck pour leur deuxième année qui m'ont le plus manqués. À Sarrebruck, comme nous retrouvons nos amis des autres filières le temps d'un semestre, c'était plus sur le plan culinaire que le manque s'est fait ressentir. Le Restaurant Universitaire (RU) français et la Mensa allemande sont vraiment différents l'un de l'autre.
La seule fois où le Heimweh (ou mal du pays) s'est fait ressentir, c'est quand j'ai quitté ma famille durant quatre mois le temps de mon stage. Cela dit avec tous les moyens technologiques que l'on a de nos jours à disposition, ce sentiment n'est que passager.


Qu'est-ce que ton échange t'a apporté ?

Tout d'abord, ces échanges m'ont permis de trouver ma voie. Auparavant je n'envisageais pas de travailler dans le domaine du génie civil. C'est suite à mon redoublement en deuxième année et grâce à mon stage volontaire dans une entreprise de construction luxembourgeoise que j'ai réussi à trouver mon orientation professionnelle.
Avec ces échanges, j'ai perfectionné ma maîtrise de la langue allemande, découvert de nouvelles villes et surtout ça m'a donné l'occasion de rencontrer des personnes de filières, de milieux, de régions ou pays différents et avec qui je garde aujourd'hui de fort liens d'amitiés. 



Sarrebruck - Au bord de la rivière la Sarre




Qu’as-tu fait après avoir obtenu ton diplôme UFA ?

J'ai décidé de poursuivre le master Génie civil et Management en Europe proposé dans la continuité de ma licence. C'est après mes stages effectués à Berlin que m'est venue l'envie de débuter ma carrière en Allemagne. Pour mon dernier semestre de master, j'ai décidé de postuler dans l'entreprise allemande qui a su m'accorder sa confiance au cours de mon stage de licence mais aussi pour mon stage en alternance.


Que retiendras-tu de ce séjour à l'étranger ?

Que c'est en se plongeant dans le quotidien d’un autre pays et en s'intéressant à sa culture qu'on en apprend le plus. Le fait d'avoir eu à déménager chaque année, m'a rendue plus autonome. Dans le génie civil, et plus particulièrement sur un chantier de construction, disposer de connaissances interculturelles est un atout indéniable. L'esprit d'équipe allemand m'a totalement séduite. Chacun s'entraide, se soutient, partage ses idées, ses expériences mais aussi son savoir-faire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire